mardi 21 juin 2016

Cours d'arabe 2016/2017

Salam alaykoum,

Pour les inscriptions aux cours d'arabe 2016/2017, veuillez télécharger le dossier suivant, le remplir et le retourner scanné en .PDF à l'adresse de l'école ou de la Mosquée. 

essalameecole@gmail.com

ou bien 

mosquee.essalame@gmail.com




Pour le paiement, vous avez la possibilité de régler par chèque ou CB ainsi que par virement.

Tout dossier incomplet sera automatiquement en liste d'attente.

Les places étant très limitées, veuillez à valider l’inscription de vos enfants avant de partir en vacances.


Documents à fournir : 
  • Une fiche remplie et signée
  •  + Attestation d'assurance scolaire pour 2016/2017  
  •  + Paiement intégral de la participation annuelle
 = DOSSIER COMPLET ET INSCRIPTION VALIDÉE.

Fraternelles salutations

La Direction

dimanche 5 juin 2016

Ramadan 1437 = 2016 débutera le lundi 6 juin 2016.

Salam à tous !

Le mois du Ramadan 1437/2016 débutera le 

lundi 6 juin 2016


INFORMATIONS PRATIQUES:

1- La Mosquée restera ouverte de la prière de 'ASR jusqu'à la prière de FAJR.

2- Un repas est servi aux frères et sœurs pour la rupture de jeûne tous les soirs du Ramadan.

3- La prière de 'ICHA sera accomplie à 23h30 tous les soirs du Ramadan.  

Les bienfaiteurs et donateurs qui souhaitent participer à cette action sont invités à laisser leurs dons en mentionnant clairement sur l'enveloppe : OPÉRATION IFTAR/rupture du jeûne

Afficher l'image d'origine
Les prières de TARAWIH 

(prières nocturnes spécifiques au Ramadan) seront assurées dès ce dimanche 5 juin 2016 au soir après la prière de 'icha à la Mosquée provisoire située au :

31 rue Edouard Vaillant
93400 SAINT-OUEN


Un espace pour les femmes est prévu.



Les imams feront le nécessaire pour finir les prières au plus tôt car les nuits sont courtes en cette période de l'année.

L'équipe de la Mosquée de Saint-Ouen vous souhaite dès 

à présent à toutes et à tous un excellent Ramadan 2016! 



Afficher l'image d'origine

FATWA pour les élèves en examen.

Afficher l'image d'origine 
Fatwa 
autorisant la rupture du jeûne du mois de Ramadan aux élèves candidats aux différents examens, en été pour le rattraper plus tard.


Le jeûne du ramadan a lieu, cette année, comme les prochaines années, dans une période, où un nombre important d’élèves et d’étudiants passent des examens importants et déterminants pour leur avenir, et coïncidant avec l’été, où le temps de jeûne est de 18h dans certaines régions et plus dans d’autres.

 Le jeûne est un acte d’adoration physique, parmi les plus importants de notre religion, c’est même un de ses piliers ; Dieu l’a prescrit à toutes les personnes saines, d’esprit et de corps, capables de jeûner. Raison pour laquelle Il précise : « Et ceux qui peuvent l’accomplir avec difficultés doivent s’acquitter d’une compensation, en nourrissant un nécessiteux » (chapitre La vache, verset 184). Les hommes de science ont illustré le cas de celui/celle qui peut l’accomplir avec difficulté, par une personne âgée, à qui il est donné l’autorisation de ne pas jeûner. Comme Dieu a autorisé les personnes ayant des motifs précis, comme la maladie, le voyage, de ne pas jeûner, afin de leur éviter toute lourdeur, en disant : « Quiconque parmi vous est malade ou en voyage peut rattraper pendant d’autres jours. Dieu vous veut la facilité, et ne vous veut point la difficulté ».


Et en dépit du fait que le voyage aujourd’hui déborde pour le voyageur de toute sorte de moyens de repos, l’ensemble des jurisconsultes contemporains autorisent la rupture du jeûne pour les voyageurs. Parce qu’ils ne peuvent, comme quiconque est dans la même situation qu’eux, pas le faire, ou le peuvent avec difficultés ; or, Dieu ne demande aux personnes saines d’esprit que ce qui est dans leurs moyens. Il dit, exalté soit-Il, : « Dieu n’exige de l’homme que ce qui est dans ses moyens » (chapitre La vache, verset 287).

Ibn al-‘Arabi, grand théologien malikite andalous du 11ème -12ème siècles ap. J-C, commentant ce verset, dit : « Ceci est un grand fondement de la religion et un des piliers du droit musulman. Il ne nous a pas chargés d’un lourd fardeau, comme il ne nous a rien ordonné, qui soit dans une difficulté quelconque ».

Ibn Juzay, autre grand théologien malikite andalous, du 14ème siècle ap. J-C, écrit au sujet de ce verset : « Dieu informe qu’Il suspend ou annule tout ce qui est insupportable, or, les savants sont unanimes sur le fait qu’il n’y a rien de tel dans le droit musulman ».

Le Prophète dit, dans un propos authentique : « Ce que je vous ai prohibé, éloignez-vous-en, et ce que je vous ai ordonné de faire, faites-en ce que vous pouvez ».

Enfin, les médecins affirment que la longueur des heures de jeûne, couplée d’efforts physiques et intellectuels, diminue chez le jeûneur la glycémie, notamment après l’heure du midi ; or, la diminution du taux de sucre dans le sang est synonyme de sa diminution dans le cerveau, ce qui provoque des sensations de malaise, de fatigue, un besoin de sommeil et, par ricochet, une baisse de concentration.

Sur la base de ces éléments, les élèves qui vont passer des examens, décisifs dans leur vie, peuvent ne pas jeûner, pendant la période de préparation, comme pendant les jours des examens, puisqu’ils ont besoin de manger pour leur préparation et leur application dans les réponses, notamment ceux qui connaissent leurs propres faiblesses et leur manque d’endurance. Il leur faut en revanche rattraper ces jours – manqués – après le ramadan. Et ce, à l’instar de la personne âgée, de la femme enceinte ou qui allaite, ou de la personne en bonne santé dont le métier le contraint, pendant le ramadan, convaincu, sur l’avis d’un médecin ou sur la base de sa propre expérience ou de signes tangibles, qu’il ne peut pas exercer correctement son métier, de rompre son jeûne.  Car ceux-là tous ont, juridiquement, le droit de ne pas jeûner.

En effet, Ibn Hajar al-Haytami, grand théologien shafiite, et Ibn ‘Abdîne, grande sommité hanafite, autorisent les personnes exerçant des métiers pénibles de ne pas jeûner afin de garder leur travail - dont dépend leur vie, pour, bien évidemment, le rattraper une autrefois.


Al-Bahûti, grand savant hanbalite, dit : « Il n’y a pas de divergences entre les jurisconsultes au sujet du fait que la personne exténuée et quiconque est dans son cas peut rompre le jeûne. Il y a divergence seulement quant à la question de savoir si elle doit continuer de manger, une fois qu’elle a rompu, ou s’abstenir, pour le reste de la journée ».

Les élèves, pendant les examens, sont comme tous ceux-là. Et, exactement comme les sociétés ne peuvent pas se passer d’artisan, ni d’ouvrier, elles ne peuvent pas se passer des médecins, des ingénieurs, ni des enseignants de demain. Or, sans franchir ces étapes, c’est-à-dire ces examens, la construction de la société de demain ne peut pas se faire, ni même s’envisager.

Cependant, nonobstant tous ces arguments, nous conseillons aux candidats à ces examens :
 -De réaliser convenablement que le jeûne est une prescription juridique, que Dieu a prescrite aux personnes saines d’esprit et de corps, parmi Ses serviteurs, que sa place dans la religion est importante. Il ne faut par conséquent pas le négliger, car chacun connaît son état mieux quiconque.
-D’avoir une crainte révérencielle vis-à-vis de Dieu à la fois au sujet de leurs personnes, autant qu’au sujet de leur religion.
-De  mieux organiser leurs temps de révision, car ceux, parmi eux qui ont des épreuves seulement le matin n’ont pas à se servir de cette dérogation, sauf son état pendant l’examen l’y oblige. A ce moment-là, il peut rompre.

Nous rappelons que cet avis juridique répond à une situation de nécessité. Or, la règle juridique nous enseigne que la nécessité doit être proportionnelle au besoin. Il ne faut donc pas l’utiliser à outrance.

Nous rappelons enfin que le Conseil Européen de la fatwa et de la recherche, lors de sa 25ème session, datant du mois d’Octobre 2015, a émis un avis juridique qui permet aux élèves de rompre le jeûne pendant les examens, s’ils sont convaincus qu’ils en souffriront. Tout comme la Maison de la Fatwa Egyptienne a émis un avis juridique du même acabit en 1951 puis cette année, au sujet des élèves candidats aux examens.

Le Conseil Théologique Musulman de France


Paris, le 05/06/2016.

jeudi 14 avril 2016

[Journal de Saint-Ouen] Mosquée : les travaux avancent

Dans l'édition de février dernier, le Journal de Saint-Ouen présentait la visite du chantier de la future Mosquée.


D’ici quelques mois, la mosquée en construction depuis un an, rue des Docks, devrait accueillir ses premiers fidèles. Un an après les travaux de démolition de l’ancien bâtiment qui leur servait de lieu de rassemblement et de recueillement, les membres de l’association Essalame des musulmans de Saint-Ouen sont heureux de constater que le gros oeuvre de leur future mosquée est maintenant terminé.
« Le bâtiment est bien avancé : le minaret est en place, les espaces sont délimités, le parking en sous-sol est fini, nous en sommes au stade de l’électricité, se réjouit l’imam Abdelghani Benali. Si les dons continuent à nous arriver, les travaux se termineront cet été et nous pourrons accueillir jusqu’à 2 500 personnes dans notre mosquée. »
Avec ses 1600 m² au sol, la mosquée dont le projet original répond aux exigences urbaines et architecturales de la ville de Saint-Ouen-sur-Seine, liées à la modernité du quartier des Docks, comportera une salle de prière pour les hommes au rez-de-chaussée, une salle de prière pour les femmes à l’étage ainsi qu’un centre culturel pour abriter un musée permanent, des salles d’activités et un local commercial.
« Nous souhaitons créer un lieu d’échanges et d’activités ouvert à tous les Audoniens, affirme Abdelghani Benali. Le musée retracera l’âge d’or des civilisations avec des débats philosophiques et citoyens. Les scolaires pourront visiter la mosquée. Parmi les activités, nous proposerons par exemple du soutien scolaire et des cours de langue arabe. »
Un projet accompagné par la municipalité qui, comme le précise Foudil Aït Chabanne, adjoint au maire délégué aux cultes, a souhaité « favoriser l’installation d’une mosquée pour que les musulmans audoniens puissent pratiquer leur religion dans des conditions décentes. Cela faisait plus de dix ans qu’il n’y avait pas de lieu de culte digne de ce nom. Maintenant, l’association Essalame peut mener à bien son projet de construction d’une structure pérenne et respectueuse des fidèles. »
En attendant l’ouverture de cette mosquée, les pratiquants continuent à se rassembler pour prier sous le chapiteau provisoire installé, rue Édouard-Vaillant, sur un terrain municipal mis à disposition par la Ville le temps des travaux.

Journal de Saint-Ouen (page 5)  : http://fr.calameo.com/books/00085591836176eb8bad5

Pour participer au projet  : http://www.mosquee-saint-ouen.fr/don

Nous encourageons vivement la communauté à faire un don régulier pour accompagner activement le projet.
« La meilleure des aumônes est celle qui perdure, même si elle est minime » 
Hadith

vendredi 8 avril 2016

Etat des lieux... Venez nombreux !

 Mosquée ESSALAME               مسجد السلام
    ASSOCIATION CULTUELLE ESSALAME DES  
MUSULMANS DE SAINT-OUEN


INVITATION
Présentation DU PROJET DE LA MOSQUÉE DE SAINT OUEN

MERCREDI 13 AVRIL 2016
à 18H00
à la Mosquée provisoire
31 rue Edouard Vaillant 93400 Saint-Ouen

Hommes et femmes.

mardi 5 avril 2016

Heure d'été: joumou'a débute à 13h30

Depuis le passage à l'heure d'été, la prière du vendredi (joumou'a) débute à 13h30 pour terminer vers 13h55 inchaAllah


Adresse du chapiteau : 31 rue Édouard vaillant 93400 à Saint-Ouen (à proximité du lycée Blanqui)